Association pour la Cohérence Environnementale en ViennE
Penser globalement, agir localement



Accueil > Déchets > Le principe des 4 R

Le principe des 4 R

REDUISONS
au moment de l’achat

REUTILISONS
plutôt que de jeter

REPARONS
pour prolonger la vie de l’objet

RECYCLONS
en respectant les regles de tri

Actuellement, en France, on jette une moyenne de 427 kg de déchets par habitant / an, sachant que cette quantité croît de 1 % par an.
Mais plusieurs pays (Nouvelle Zélande, Australie, USA, Japon, Allemagne, Suisse, Belgique, etc.) ont pour objectif « 0 déchet en 2010 ».
Ainsi, la ville de CAMBERRA (Australie) a réussi à diminuer de 51 % ses déchets des décharges et incinérateurs en 6 ans. Les bénéfices de cette opération ont permis la création de plus de 200 emplois dans le secteur de l’environnement.

En France, plusieurs communautés de communes se sont lancées dans l’aventure, notamment celle de la Porte d’Alsace qui, après avoir refusé la construction d’un incinérateur, a réduit ses déchets non recyclés de 370 à 103 kg par hab / an (cf. : Déchets ménagers : le jardin des impostures de Dany DIETMANN, éd. L’Harmattan 2005 - 160 p. - 14,50 euros)
Pesée embarquée
Pesée embarquée : chaque foyer paie en fonction du poids de ses ordures ménagères

1- Pourquoi une telle quantité ?

Les modes de vie actuels sont source de nombreux déchets :

  •   courses dans les grandes surfaces, donc davantage d’emballages et de suremballages, peu de vente en vrac, peu de recharges, …
  •   achat de plats préparés, de parts individuelles, de lingettes pour se « simplifier » la vie, de produits jetables, etc.
  •   obligation dans certaines régions d’acheter de l’eau en bouteille à cause de la mauvaise qualité de l’eau dite potable ;
  •   invasion de la publicité, notamment dans nos boîtes aux lettres.

    2- Pourquoi réduire la quantité et la toxicité ?

    Pour réduire l’impact environnemental (pollution de l’air, de l’eau, du sol, gaz à effet de serre, …).

    Les emballages sont non seulement énergétivores et polluants à produire, mais génèrent souvent de la pollution lors de leur abandon dans la nature, leur mise en « décharge » ou leur « incinération ». Ces déchets incinérés (dont beaucoup de plastiques), dégagent des polluants plus ou moins contrôlés à plus ou moins haute toxicité pour l’eau, l’air et le sol (mâchefers, cendres, dioxines…).
    Ces polluants, avec d’autres, se retrouvent dans notre organisme comme le prouve l’analyse par le WWF, du sang de 47 parlementaires, dans lequel une moyenne de 41 produits chimiques toxiques différents ont été détectés en 2004.

    3- Que devient notre poubelle ?


    Les déchets non triés que nous déposons dans les conteneurs sont brûlés dans l’incinérateur de Poitiers (moyennant environ 200 € la tonne) qui a été mis à l’arrêt en mars 2006 pour une nouvelle remise aux normes (coût : 9 M € HT !).
    Leur combustion produit des fumées toxiques, …

    Pour améliorer la combustion de l’incinérateur :
    • compostons les fermentescibles (déchets de cuisine) qui contiennent 90 % d’eau.
    Pour réduire la pollution :
    • trions les produits toxiques tels que piles, peintures, etc.
    (Des lieux de récupération existent dans certains commerces ou en déchèteries).

    Et si tout se décidait avant de jeter dans le conteneur ?


    Poubelle débordante texte poubelle camion à ordures
    Voici quelques gestes écocitoyens à pratiquer pour réduire la pollution qu’engendrent les déchets sachant que « le meilleur déchet est celui qui n’existe pas ».

    A. Gestes écocitoyens pour protéger l’environnement

  •  Je préfère des produits peu emballés ou dont l’emballage est recyclable ;
  •  j’emporte un récipient adapté quand j’achète des produits frais (poisson, fromage, …) ;
  •  j’évite les produits jetables (rasoirs, briquets, …) ;
  •  je prends un cabas pour les courses…
  •  je fais réparer mes objets en panne si c’est moins cher que du neuf, ou - je les oriente vers une réemploirie ou recyclerie (qu’on pourrait créer au niveau du canton) et j’achète des objets d’occasion (Envie 86, Envol, Emmaüs, …) ;
  •  j’achète de manière réfléchie, ce qui ne devrait pas rendre ma vie insipide pour autant ;
  •  je remplace les détergents, insecticides, herbicides, pesticides (qui tuent la vie, comme leur nom l’indique) par des produits moins agressifs et biodégradables (gamme verte, produits bio, …). Attention : le « Point Vert » ne signifie pas que le produit sera recyclé mais seulement que le fabricant de l’emballage cotise (de manière dérisoire) à une société chargée de valoriser ce type de déchet ;
  •  j’utilise le plus souvent possible du papier dit recyclé, (si possible certifié) pour la cuisine, les toilettes et le bureau (en écrivant sur les 2 faces des feuilles) ;
  •  j’essuie autant que possible à l’aide d’une éponge et d’un torchon plutôt qu’avec des lingettes ou du papier essuie-tout ;
  •  j’apporte mes vêtements, livres, appareils électroménagers, jeux…, aux magasins d‘occasion ou aux organismes de solidarité (Emmaüs, Croix Rouge, Armée du Salut, …), ou en déchèterie si celle-ci évite de les brûler… ;
  •  je compresse les bouteilles en plastique du haut vers le bas (et non à plat, pour qu’elles puissent être identifiées par les machines dans les centres de tri) afin de réduire le volume transporté ;
  •  j’aide les personnes âgées à apporter les déchets aux points de collecte…

    Composteur
    B. Les déchets fermentescibles (épluchures, fleurs fanées, etc.)

    Ils représentent en moyenne 16% de la masse et 30% du volume de nos poubelles.
    Leur compostage permettrait de supprimer 60 incinérateurs en France !
    Si l’on possède un jardin, il est recommandé d’y faire un compost qui, une fois décomposé,
    régénèrera le sol. Le déchet ira de l’assiette à la terre sans le moindre coût !
    Le compost peut se faire :
    en tas, avec éventuellement un encadrement de palettes ou de bois,
    dans un composteur.

    Les habitants de Poitiers et du Canton de Vouillé peuvent s’en procurer un, pour la somme de 15 €, respectivement auprès de :
    la Communauté d’Agglomération de Poitiers,
    la Communauté de Communes du Pays Vouglaisien.


    La liste des alternatives à la réduction des déchets est longue et soumise à la réflexion de chacun !

    Adresses intéressantes :

  •  R.A.P. (Résistance à l’Agression Publicitaire)
    53 rue Jean Moulin 94300 VINCENNES
    tél. : 01.43.28.39.21
    http://www.antipub.net/
  •  Casseurs de pub
    11 place Croix-Paquet 69001 LYON
    tél. : 04.72.00.23.57
    http://www.antipub.net/
  •  www.ademe.fr
  •  www.cr.poitou-charentes.fr
  •  www.cnniid.org

    Le site http://www.promoconso.net/ compense fonctionnellement le refus de la pub papier.

    la pesee embarquée feuille 24 p 22-24

  • Dans la même rubrique